O.Dall’Oglio / DFCO – PSG : « Croire en nos chances »

Solidarité, solidité collective et individuelle, croire en ses chances : voici autant d’ingrédients nécessaires pour inquiéter un PSG au-dessus du lot cette saison en Ligue 1 et en Europe. Découvrez les principaux sujets abordés par Olivier Dall’Oglio en conférence de presse.

Le point sur l’infirmerie

« Julio Tavares a repris la course, Eden Massouema en a pour un petit bout de temps suite à une déchirure. Cédric Yambéré a un petit tiraillement, on va l’arrêter aujourd’hui, mais de toute façon il est suspendu. On avait quelques inquiétudes pour Kwon Chang-hoon, revenu de sélection avec un problème au pied. Là, ça serait un coup direct, donc ça va aller. Pour Julio Tavares, nous n’avons pas vraiment fixé de date de retour, mais on va essayer de le remettre avec le groupe à partir de lundi ou mardi. Mehdi Abeid peut figurer dans le groupe, mais le rythme, il ne l’a pas encore. Le match amical contre Sochaux lui a fait du bien, car il a repris des repères. Il a besoin de retrouver du peps. Ça prend un peu de temps, mais c’est logique. Pas d’inquiétudes là-dessus. Son genou ne gonfle plus. »

 

Une échéance hyper motivante

« On a un bon client à jouer. Je trouve ça bien. Ce sera un match événement pour la ville, et pour nous, préparer ce genre de match est toujours intéressant. Comme le PSG, on a eu quelques soucis avec l’absence des internationaux. On les récupère petit à petit, donc c’est un peu embêtant pour travailler sur le côté tactique. Sinon, on a hâte d’y être. Nous sommes montés en Ligue 1 aussi pour jouer ces grands matchs. »

 

Que faire face à ce rouleau compresseur ?

« Le PSG, c’est un rouleau compresseur. Une très belle équipe avec beaucoup de possibilités de compositions. Il y a beaucoup de très bons joueurs donc ça ouvre un panel assez important pour Unai Emery. C’est certainement l’une des meilleures équipes d’Europe… J’aime bien me frotter à ce genre de choses. On sait que ce sera très difficile, on a vu qu’ils étaient capables de mettre des fessées à pas mal d’équipes… mais aussi d’être accrochés. Il faut croire en nos chances, en notre équipe. Il faut être optimiste et positif, prendre ce match avec beaucoup d’espoir. Si on n’est pas motivé sur ce match-là, il faut changer de métier… Il faudra une grosse organisation collective pour pouvoir répondre, sinon ce sera compliqué. Rien n’est impossible. »

 

La solidité avant tout

« Il faudra être solide, on ne va pas partir la fleur au fusil. Il y aura une équipe patiente en face, qui aura la possession, qui peut nous faire courir. Je pense qu’il faut leur opposer un bloc très solide, être le meilleur possible en un contre un et être capable de proposer quelque chose à la récupération pour pouvoir les faire reculer. »

 

Effacer les problèmes de concentration

« Sur le match de Monaco, on prend trois buts sur quatre sur coups de pied arrêtés. Ce manque de concentration nous a plombé le match… On n’a même pas pu rivaliser dans le jeu. A Marseille, on a fait une bonne première mi-temps et après, on a payé cher un relâchement. Ces sautes de concentration, j’aimerais qu’on les élimine. Et je pense que la petite appréhension que nous allons avoir pourrait nous laisser en éveil. Il faudra être présent. Si on rêvasse, ça va nous coûter très cher… »

 

Comme en Coupe, tout peut se passer !

« Ce genre de match, on peut le voir comme un match de coupe. Il y a un déséquilibre sur beaucoup de choses entre les deux équipes, mais dans le football, il peut se passer des surprises énormes… »

 

Ne pas compter sur d’éventuelles faiblesses du PSG

« Montpellier est arrivé à accrocher le PSG, qui a parfois eu des matchs plus compliqués. Ils ont ce souci des internationaux… Les voyages, ça fatigue et ça perturbe. Il faut se remettre en route. Peut-être que nous aurons le temps de s’organiser et de profiter de quelques largesses ? C’est hypothétique. Je compte sur nos forces à nous, et s’ils sont supérieurs à nous, on aura donné tout ce qu’on pouvait donner. Il faudra se nourrir de ces matchs-là pour la suite. J’y vois beaucoup de positif. Il faudra être très solide pour pouvoir rivaliser avec cette équipe. »

 

Une trop belle pelouse à Gaston-Gérard ?

« Nous n’avons pas évoqué le fait d’abimer notre pelouse (rires). Nous avons une belle pelouse, nous allons la garder comme ça. On sait que nous allons souffrir, mais tout footballeur aime jouer sur une belle pelouse. On a un billard, on assume ! On ne fera pas passer un tracteur dessus… »

 

Comment contrer le potentiel offensif exceptionnel du PSG ?

« Nous avons travaillé défensivement, donc ça nous oblige à être vigilant sur ce plan-là. On étudie les joueurs au niveau individuel, on va donner des billes à nos joueurs. On sait qu’ils sont supérieurs, mais il faut répondre par une grosse solidarité et un comportement irréprochable. On a vu beaucoup d’équipes se casser les dents sur ces joueurs-là… J’ai aussi vu des grands joueurs faire des matchs moyens… A nous de les perturber, on a quelques pistes qu’on va travailler encore jusqu’à samedi. Quoiqu’il en soit, cela nous permet de nous évaluer individuellement et collectivement. Ce genre de match, tout le monde veut le jouer. »

à visionner sur dfco.fr