Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin vel finibus sapien. Phasellus faucibus ultrices dolor, ut eleifend mauris iaculis id. Nullam ultricies elit a turpis interdum dictum. Morbi venenatis, lorem quis commodo ultricies, urna lectus interdum metus, ut eleifend purus leo et sapien.

Frédéric Sammaritano : "Je me sens bien en Bourgogne"

Frédéric Sammaritano a signé ce mercredi une prolongation de contrat d'une saison avec le DFCO. Un club qui correspond à ses valeurs et qu'il aime particulièrement.

Quel sentiment domine à l’annonce de ta prolongation d’une saison avec le DFCO ?
Je suis très heureux. J’avais à cœur de poursuivre l’aventure au DFCO. C’est un club que j’aime beaucoup, où je me sens bien. C’était de la joie et puis également un peu de fierté d’être récompensé de mon état d’esprit et investissement. C’est une belle récompense pour moi.
 

Comment se sont passés les coulisses de cette prolongation ?
On avait fait un point à Noël où les dirigeants n’étaient pas sûrs de me prolonger, mais ils ne m’avaient pas dit non plus qu’ils ne comptaient plus sur moi. On attendait la fin de saison. Avec cette fin de saison un peu tronquée due au coronavirus, ils ont pris une décision et ils m’ont annoncé qu’ils étaient contents de mon travail et qu’ils voulaient prolonger l’aventure d’une saison.
 

Avec l’arrêt du championnat et ta fin de contrat qui arrivait, dans quel état d’esprit étais-tu ?
Forcément j’étais un peu craintif, je ne savais pas de quoi mon avenir allait être fait. Si j’arrêtais avec le DFCO, ça allait être une nouvelle aventure qui allait commencer et une page aussi qui allait se tourner. Je pense qu’elle aurait été très frustrante pour moi. Cela m’aurait laissé un goût amer. Il y avait aussi un peu de peur, car rester dans l’attente comme ça, ce n’est jamais évident.
 

C’est ta deuxième prolongation au DFCO, on te sent attaché au club et à la ville, est-ce une réalité ?
C’est un club que j’aime, je l’ai déjà clamé haut et fort. C’est le club où je me suis senti le mieux depuis le début de ma carrière. J’aime les valeurs de ce club et je les partage. C’est un club très familial où il règne une bonne ambiance. C’est toujours plus simple pour travailler. J’aime beaucoup la ville. Je me sens bien en Bourgogne, j’ai fait d’ailleurs beaucoup d’années entre Dijon et Auxerre. C’est une ville que j’apprécie tout particulièrement. Rester aussi auprès de mes enfants était un point primordial.
 

Comment analyses-tu la saison qui vient de s’écouler d'un point de vue personnel et collectif ?
D’un point de vue personnel, elle a été un peu tronquée pour moi, car j’ai eu pas mal de blessures. Après, je pense que lorsque le coach a fait appel à moi, j’étais plutôt performant. J’ai essayé d’amener mon expérience et mon dynamisme au collectif. Après, d’un point de vue collectif, on a très mal démarré. Ça a été compliqué dans les têtes, mais je pense qu’on a su rebondir. On a fait preuve de caractère. Au fil des matchs, on a vu qu’on était solide. A domicile, on a été conquérant et on a fait de très bons matchs où on a été cherché des points avec les tripes. C’est une saison particulière car on n’a pas pu aller au terme. Mais malgré tout, on a su être en dehors de la zone rouge, ce qui nous a permis de nous maintenir.
 

Etait-ce frustrant de ne pas finir cette saison ?
Oui c’est frustrant parce qu’on avait envie de continuer à prendre du plaisir, à vibrer avec nos supporters et aller chercher un maintien au bout de la 38ème journée, pas au bout de la 28ème. Je pense qu’on a montré qu’on était habitué à le faire, ne serait ce que l’année passée où même si ça relevait un peu d’un miracle, on l’a quand même fait lors des barrages. Cela reste des souvenirs extraordinaires.
 

Arrives-tu à te projeter sur la suite et le début d’une nouvelle saison dans cette période si particulière ?
Pas particulièrement. On ne sait pas comment, au point de vue sanitaire, la situation va évoluer. On se pose des questions. Reprendre les entraînements par petits groupes, jouer des matchs à huis clos ce n’est pas le football qu’on aime. Je pense qu’on partage toute la même passion. On a envie de passer des bons moments avec les supporters, avec tout un club.
 

Quel va être ton quotidien dans les semaines à venir ?
Je vais m’occuper de mes enfants. Je pense partir en vacances en Bretagne quand on sera totalement déconfiné pour aller voir ma famille, me ressourcer dans une région qui m’est chère. On va aussi se préparer pour la reprise qui sera fin juin. On va se garder en forme.
 

Un mot à adresser aux supporters dijonnais ?
J’ai hâte de les revoir autour des terrains, pas devant la télé comme malheureusement ça pourrait être le cas à la reprise. Je leur dis qu’on se retrouve bientôt avec le plus grand des plaisirs.

Derniers articles