Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin vel finibus sapien. Phasellus faucibus ultrices dolor, ut eleifend mauris iaculis id. Nullam ultricies elit a turpis interdum dictum. Morbi venenatis, lorem quis commodo ultricies, urna lectus interdum metus, ut eleifend purus leo et sapien.

Stéphane Jobard / PSG - DFCO : "Il faudra se bagarrer et batailler"

Au moment d'effectuer un déplacement au Parc des Princes toujours périlleux, le DFCO aura à coeur d'afficher du tempérament face à un adversaire que l'on sait redoutable. Stéphane Jobard a confirmé en conférence de presse que le DFCO ne galvaudera pas ce match.

 

Le point sur l’infirmerie

« Yassine Benzia est toujours absent, Romain Amalfitano pourra reprendre les entraînements collectifs la semaine prochaine, ainsi que Roger Assalé. L’infirmerie se vide petit à petit. »


Apte pour Paris, Moussa Konaté a fait bonne impression

« Moussa Konaté m’a fait bonne impression depuis trois jours. On sait qu’il s’entraînait avec Amiens, qu’il est prêt à enchaîner les entraînements collectifs, et donc qu’il peut rapidement être opérationnel. On sent un joueur mature. Cela fait du bien d’avoir un joueur un peu plus expérimenté dans un jeune vestiaire. On le sent aussi mature dans le jeu, capable de garder des ballons sous pression, d’être un point d’appui, un peu différemment que Julio Tavares. Il peut bloquer des ballons et permettre au bloc de sortir. Il fait des déplacements intéressants devant le but, ce qui peut le rendre hyper efficace devant le but. Il a eu des années prolifiques à Amiens, j’espère qu’il les retrouvera chez nous. On va se laisser le temps de le découvrir. En tous cas, c’est quelqu’un de souriant qui est ouvert aux autres. C’est plutôt un facteur d’accélération pour s’intégrer dans le groupe. »


Moussa Konaté veut prouver

« J’aime ce profil de joueurs un peu revanchards. Ils viennent pour se relancer, pour se remettre sous les feux de la rampe, donc souvent, c’est un facteur motivationnel important. Ce sont des joueurs qui ont les crocs aiguisés. J’espère qu’il est revanchard et qu’il aura envie de montrer qu’il est capable de revenir à son meilleur niveau à Dijon. »


Des mauvais souvenirs au Parc des Princes

« On va sur un terrain hostile et face à une équipe de très très haut niveau. Au même titre que la semaine dernière contre Rennes, on sait qu’il faudra être pleinement concerné et impliqué. On sait aussi que la moindre erreur nous sera fatale. Je crois à cette mobilisation extrême dans la difficulté, mais l’idée d’être inhibé parce qu’on n’a jamais marqué, non je ne crois pas. »


Le PSG revanchard samedi ?

« On est entre deux matchs de Ligue des Champions, on est un peu l’entremet. On connaît l’orgueil des champions, ils sortent d’une contre-performance contre Manchester United. Ils auront peut-être envie de montrer qu’ils sont toujours performants en championnat. On n’arrive peut-être pas dans les meilleures conditions face à eux. Ils auront peut-être l’envie de se racheter, je me méfie de l’orgueil des bêtes blessées. On s’attend à souffrir samedi soir. Quoiqu’il arrive, il faut se bagarrer, batailler au Parc des Princes. Pour l’instant, en vain... »


Trouver de la régularité dans les performances et l'état d'esprit

« On sait que c’est compliqué d’aller au Parc, mais j’aimerais qu’on ait de la constance sur l’état d’esprit, car on a soufflé le chaud et le froid sur les dernières semaines. Des prestations à domicile avec un contenu correct, un non match à Bordeaux. Si nous ne sommes pas récompensés au Parc, nous serons récompensés plus tard. L’idée est de conserver l’état d’esprit (contre Rennes) et l’engouement. J’ai eu l’impression d’un langage commun défensivement et offensivement. Même dans la difficulté extrême qu’on va rencontrer samedi, je veux qu’on montre le même état d’esprit. »


Une chance infime ? A saisir !

« Le match du Parc, on ne le galvaude pas. S’il y a un coup à jouer, on le jouera. On sait qu’il faudra un concours de circonstances très favorable pour revenir avec des points. Aujourd’hui, j’ai un groupe complet que je crois compétitif. Maintenant, à nous de prouver que l’on mérite de rester en Ligue 1. Voilà le défi qui nous attend sur les 31 prochaines journées. »


Faut-il mettre le bus devant le but ?

« Il y a des équipes qui se sont essayées à défendre avec beaucoup d’éléments défensifs, mais sur la durée tu t’époumones. Les Angevins s’y sont essayés, ils ont fini par en prendre 6... Donc te dire que tu vas te renforcer défensivement et que tu vas blinder, c’est compliqué car le talent individuel fait le reste dans les 20 derniers mètres. Ce qui est important, c’est de se donner des temps de récupération avec des possessions de balle un peu plus hautes. Quand les vagues reviennent sans cesse, l’édifice finit par s’écrouler. C’est pourquoi il faut être capable de garder le ballon sous pression et de le ressortir sous pression. C’est le principal challenge quand tu vas au Parc des Princes. »


A quelle composition parisienne faut-il s'attendre ?

« Je ne m’attends à rien, car il y a certainement des problématiques en interne que je ne connais pas. Quant à la gestion physique du groupe, des egos, je ne sais pas... En tous cas, je sais qu’il y aura une équipe compétitive malgré les absents. On a eu la même problématique l’année dernière en coupe de France, cela ne nous a pas empêché d’en prendre 6 à domicile... On sait qu’il y aura de la qualité sur le terrain, des joueurs qui auront envie de prouver qu’ils méritent de se déplacer à Istanbul, ou de marquer les esprits pour la suite du championnat. »