Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin vel finibus sapien. Phasellus faucibus ultrices dolor, ut eleifend mauris iaculis id. Nullam ultricies elit a turpis interdum dictum. Morbi venenatis, lorem quis commodo ultricies, urna lectus interdum metus, ut eleifend purus leo et sapien.

L'histoire du Dijon FCO


Les débuts du football à Dijon

Dijon reste longtemps une place forte du ballon ovale (XIII et XV). Malgré ce contexte défavorable, le Cercle Laïque Dijonnais, fondé en 1936, accède en Division d’Honneur (DH) de Bourgogne dès sa création en 1945 suite à la scission avec la Franche-Comté. Au printemps 1960, le club fête son premier titre de champion de Bourgogne. Ce titre fut surtout celui de Julien Darui, ex-gardien international reconverti au poste d’entraîneur. Cette promotion à peine acquise, des tiraillements poussent Darui à quitter son poste. Dijon ne parvient pas à se maintenir en CFA mais retrouve l’élite amateur dès 1962. Glovacki succédant à Danzelle au poste d’entraîneur, Dijon présente alors une formation solide. Le titre de champion du groupe Centre de CFA décroché en 1965 en est la meilleure illustration. Hélas, ce beau résultat est sans lendemain.

Cercle Dijon 91/92Refusant la possibilité de passer au statut professionnel, malgré les propositions répétées de la Ligue, les dirigeants dijonnais provoquent l’éclatement de l’équipe. Le club plonge en DH dès 1967. Après un ultime aller-retour en CFA (1969-1971), Dijon se contente de la DH. Philippe Piat, ex-Dijonnais, parti devant le refus des dirigeants d’accéder au statut pro, revient dans le club de ses débuts. Ce meneur de jeu à peine trentenaire fait des merveilles au sein d’une équipe principalement composée de juniors. La promotion en D3 est obtenue au printemps 1974. La municipalité salue cette accession en dotant le stade municipal d’installations électriques pour les matches en nocturne. Dijon retrouve la DH deux saisons plus tard. Le Cercle accède ensuite en Division 2…

 

Le DFCO aujourd’hui

DFCO 98/99

En 1998, un nouveau club naît de la fusion du Cercle Dijon Football et du Dijon FC, sous la présidence de Bernard Gnecchi. Deux ans seulement en CFA et une montée obtenue à Calais lors de la dernière journée sera suivie d’un titre de champion de France Amateur conquis à Brest.

 


 

Le 11 face à Châteauroux en demi-finale de Cope de France 03/04 François Masson (c) Didier Mandritch Rudi Garcia et Stéphane Jobard (c) Didier Mandritch

Puis en 2003, le club enregistre l’arrivée de Rudi Garcia qui va professionnaliser le club. 2004 sera une grande année : un très long parcours en coupe de France avec les exploits de sortir Saint-Etienne, Lens, Reims et Amiens, avant de tomber à Châteauroux en demi-finale, et une montée en Ligue 2 acquise face à Romorantin lors de l’ultime journée. Avec des moyens modestes, le club bourguignon reste dans la première partie de tableau du championnat (4ème en 2005, 5ème en 2006 puis 8ème en 2007) et ambitionne de monter en Ligue 1. Un nouveau stade est en projet ainsi que de nouvelles infrastructures, telles qu’un centre de formation et un centre d’entrainement.

 


 

Juin 2007 marque la fin de l’ère Garcia, parti entraîner Le Mans, et le départ de nombreux cadres comme Asuar, Avezac (Ajaccio), Masson (Brest) ou Grégoire (retraite). C’est une véritable cure de rajeunissement que subit le DFCO sous la direction de Serge Romano, remplacé en décembre par Faruk Hadzibegic. Lors de l’exercice 2008/2009, le technicien bosniaque emmène l’équipe à la 8ème place du championnat de Ligue 2. 2009/2010 marque un nouveau tournant dans l’histoire du club avec l’arrivée à la tête de l’équipe de l’ancien Vert Patrice Carteron, auréolé d’une belle saison avec Cannes (National). Le DFCO termine la saison à la 9ème place.

 


 

2010/2011 restera à jamais gravée dans toutes les mémoires. La saison de l’accession à la Ligue 1 vient couronner près de 12 ans de travail. Avec une équipe de jeunes éléments découvrant pour la plupart le niveau, grâce à un final en boulet de canon, Patrice Carteron et ses joueurs accrochent la 3ème place et atteignent l’objectif que le Président Gnecchi avait fixé pour son club dès sa « création » : l’Ambition Ligue 1.

 

 


 

2011/2012 voit le DFCO disputer le championnat de Ligue 1 pour la première fois de sa jeune histoire. La saison est rythmée par des chocs contre les plus grands noms du football français : le Paris Saint-Germain, l’Olympique de Marseille, l’Olympique Lyonnais, Saint-Etienne, Lille, les Girondins de Bordeaux, l’AJ Auxerre et bien d’autres encore. Malheureusement, la saison se conclura par une descente en Ligue 2 lors de la dernière journée à Rennes.

 


 

2012/2013, une nouvelle ère s’ouvre avec un nouveau Président à la tête du DFCO, Olivier Delcourt. Confiance est accordée aux hommes du club pour former le nouveau staff. Olivier Dall’Oglio, autrefois chargé de la formation, est désigné entraîneur. Un début de saison quasi-parfait permet au DFCO de digérer sereinement l’après Ligue 1 (7ème) et de poursuivre son développement. Avec comme objectif majeur la construction d’un centre de formation au stade des Poussots. Objectif atteint en septembre 2013 où 22 pensionnaires intègrent le nouveau bâtiment jouxtant le centre d’entraînement de l’équipe professionnelle. Avec ce nouvel outil de travail, le DFCO prépare l’avenir.

 


 

Les saisons 2013/2014 et 2014/2015 sont de qualité, le DFCO s’installant continuellement dans le haut de tableau. Sixième du championnat en 2013/2014, l’équipe coachée par Olivier Dall’Oglio passera à deux doigts de la montée la saison suivante (4ème à 3 points du podium). Olivier Delcourt continue d’accorder sa confiance au staff technique en place et fixe un objectif clair : la montée en Ligue 1 sur les deux saisons à venir.

 


 

Le Président et les supporters dijonnais ne patienteront qu’une année supplémentaire, puisque le DFCO retrouve l’élite du football français au terme d’une saison 2015/2016 de tous les records (record de points en Ligue 2 (70), record de victoires (20), 15 matchs consécutifs d’invincibilité, record de buts inscrits (62)…) Après avoir passé 35 journées sur le podium, le DFCO manque de peu le titre (2ème), remporté par l’AS Nancy-Lorraine, mais obtient son sésame pour la Ligue 1 ! Dans le même temps, le club continue de moderniser ses infrastructures avec la construction d’une nouvelle tribune Est.

 


 

La saison 2016/2017, éprouvante pour les nerfs, voit le DFCO se maintenir lors des ultimes journées. Un précieux succès face à Nancy (2-0) à Gaston-Gérard lors de la 37e journée, puis un match nul à Toulouse (0-0), avaient permis aux coéquipiers de Cédric Varrault de valider le premier maintien du DFCO (16e avec 37 points) parmi l'élite ! 

 


 

La saison 2017/2018 est moins angoissante et très réjouissante. Malgré un départ poussif, dû à un calendrier compliqué, Olivier Dall'Oglio conserve sa philosophie de jeu, basée sur une volonté d'aller de l'avant, et récolte les fruits. En plus d'obtenir un maintien rapide, le DFCO, parmi les meilleures attaques du championnat, reçoit régulièrement des éloges des observateurs pour son style offensif.