09 novembre 2021

D1 Arkema / DFCO – PSG : un beau visage malgré la défaite (0-3)

  • Non classé

C'est exceptionnellement à Gaston-Gérard que les féminines du DFCO recevaient leurs homologues du PSG. Malgré un match courageux, les joueuses de Christophe Forest n'ont pu créer la surprise et s'inclinent logiquement (0-3).

Comme on pouvait s'y attendre, les Parisiennes sont les premières dangereuses. Dabritz, dans une position très excentrée, trouve l'extérieur du poteau de Solène Durand (5'). C'est ensuite Karchaoui qui tente une frappe à l'entrée de la surface, mais elle file hors cadre (8'). La résistance dijonnaise est belle, mais il est compliqué de développer du jeu face à cette formation bien en place. Et pourtant, peu à peu, les Rouges s'enhardissent. Il y a d'abord une bonne tentative lointaine de Rose Lavaud qui termine malheureusement hors du cadre (20'). C'est ensuite Coline Stephen qui bute sur la défense parisienne après un raid solitaire de Désiré Oparanozie (21'). On retrouve la Nigériane, bien servie dans la profondeur par Solène Barbance. Elle oblige Barbora Votikova à  intervenir en deux temps (23') !

Malheureusement, c'est dans leur temps fort que les joueuses de Christophe Forest se font surprendre. Diani est à la réception d'un centre venu de la gauche pour placer une tête imparable au ras du poteau (0-1, 25'). Les Rouges réagissent bien, mais la volée de la capitaine Oparanozie passe au-dessus sur un coup franc de Declercq frappé côté droit (27').

La deuxième mi-temps se déroule presque sur un faux rythme jusqu'au double coup de massue des Parisiennes à l'heure de jeu. C'est d'abord Baltimore qui trompe Solène Durand dans un angle impossible, avec un maximum de réussite. Sa frappe, contrée au départ par le bout du pied de Lena Goetsch, trompe l'internationale française (0-2, 59'). Sur l'engagement, les Dijonnaises manquent sans doute de concentration et Katoto est servie dans le dos de la défense par Baltimore. Elle s'en va tromper Solène Durand de l'intérieur du pied (0-3, 60'). Le coup est rûde.

Il y a cependant la place pour les Rouges de sauver l'honneur, d'autant que Solène Durand multiplie les parades dans ses buts. C'est Désiré Oparanozie, bien servie par Solène Barbance, qui résiste au retour de De Almedia avant de frapper. Malheureusement sa tentative n'est pas cadrée (65'). On retrouvera Opanarozie, cette fois-ci sur le côté droit, mais son centre à l'attention de Jenna Dear est repoussée par la défense parisienne (80') !
Alors que l'on s'achemine vers ce qui est déjà un sévère 0-3, Bachman s'écroule dans la surface dijonnaise après un contact avec Fercocq. C'est Dabritz qui s'élance pour botter le penalty ... à droite des buts de Solène Durand ! (90'+1).

De valeureuses Dijonnaises auront offert une bonne résistance à une impressionnante formation parisienne, appelée à jouer les premiers rôles. Il n'y a pas à rougir de cette défaite et elles n'auraient sans doute pas volé un petit but. Prochaine rencontre pour nos Rouges, 7es au général, du côté de Reims le 13 novembre prochain !

 


La feuille de match

A Dijon, Stade Gaston-Gérard, DFCO - PSG (0-3)
Arbitres : Mme Savina Elbour, assistée de Mmes Todeschini et Pansart.
3234 spectateurs

Buts : Diani (25'), Baltimore (59'), Katoto (60') pour Paris.
Avertissement : Dear (84') à Dijon

 

DFCO : Durand - Salaün, Fercocq, Carage, Goetsch - Declercq, Tyryshkina (Dear, 68'), Lavaud (Sunday, 86') - Stephen, Barbance (Tarrieu, 68'), Oparanozie (Barrier, 86').

Non entrées en jeu : Lichtfus, Cuynet, Soleilhet.

 

PSG : Votikova - Dudek, De Almeida, Karchaoui (Cascarino, 84'), Lawrence - Hamraoui (Khelifi, 68'), , Diallo,  Dabritz - Baltimore (Bachman, 68'), Diani (Fazer, 84'), Katoto (Huitema, 68').

Non entrées en jeu : Labbe, Ilestedt.


Les réactions d'après-match

Christophe FOREST : « Nous avons montré un bon état d’esprit. Mes joueuses sont bien entrées dans le match et le public, à la moindre petite étincelle, a répondu présent. En première mi-temps, nous avons l’opportunité de marquer un but, mais nous n’y sommes pas parvenus. Je pense que l’on aurait mérité. En deuxième mi-temps, c’était plus dur car on a beaucoup défendu. Je n’ai pas grand-chose à reprocher à mes joueuses. Paris, ce n’est pas notre championnat, mais nous n’avons pas été ridicules. »

Léna GOETSCH : « Je pense que nous pouvons avoir quelques regrets, car, contrairement aux autres années, on a pu jouer et les mettre en difficulté. Ce qui est regrettable, c’est de prendre deux buts coup sur coup en deuxième mi-temps. On a quand même su se ressaisir pour ne pas en encaisser d’autres. Nous avons été solidaires. »

Hélène FERCOCQ : « Nous avons beaucoup souffert défensivement, mais je regrette que nous n’ayons pas marqué ce but. Cela aurait pu avoir une petite saveur. En première mi-temps, on a été solide. En seconde mi-temps, c’est dommage d’avoir encaissé deux buts coup sur coup. Cela nous a mis dans le trou. Il y a quand même beaucoup d’enseignements à retenir. Nous sommes contentes qu’il y ait eu du monde au stade, nos familles. On a 15 jours pour préparer le match de Reims, nous avons hâte d’y être. »

partager cet article

À lire aussi